A l'aise au pays des vermines

 Nouvelle / Polar 

- « Saumon ? Vous avez dit saumon ? »

Le lieutenant Penalty raccrocha et rangea son portable en grimaçant dans l'étui de ceinture qui faisait le pendant à son porte-flingue, côté droit. Il venait de résoudre cette affaire, mais ce n'était pas la peine d'en espérer un grand avancement. Il grimaça encore et chassa l'image de son père qui s'était formée dans son esprit à l'évocation dudit avancement devenu hautement improbable ; avant de disparaître, d'éclater comme une bulle holographique, la figure paternelle avait eu le temps de lui répéter : « Qui n'avance pas recule. » Penalty, lui, n'avait pas le temps maintenant de poursuivre le vieux fantôme dans ses ténèbres pour le convaincre que le monde n'était plus le même et que toutes ses vieilles valeurs s'étaient renversées ; il avait une levée de scellés à conduire, un rapport à taper.

D'ailleurs, la levée commençait sérieusement à s'enliser, et si tant est que l'on puisse soupirer en même temps que l'on grimace, c'est exactement ce que fit le lieutenant Penalty devant le spectacle involontairement burlesque du sous-brigadier Antoine à la porte de l'appartement ; le gros balèze avait réussi à s'empêtrer dans la rubalise et s'y débattait avec la grâce d'un bousier pris dans une toile d'araignée. Navrant !